Né à Newcastle en Afrique du Sud, c’est à l’adolescence que Pat se met à la guitare et se joint naturellement au groupe musical de son lycée. Il sent très vite le désir de composer des chansons, un besoin qu’il éprouve toujours.
Il travaille ensuite dans un cabinet d’avocat, parallèlement à ses études de droit. Dans un pays où la religion fait partie de la vie quotidienne, il découvre avec surprise la foi vivante de personnes qu’il rencontre dans une église méthodiste, et prend peu à peu part à la vie de la communauté baptiste qu’il fréquente ensuite, d’abord en accompagnant musicalement les offices, puis il compose ses propres chants, abandonne ses études et son emploi, et commence à suivre des cours en théologie. Son mémoire de maîtrise a alors pour thème: La musique dans l’église.
Il se marie en 1972, et s’engage avec Linda, sa femme, dans l’organisation « Jeunesse pour Christ » en animant des soirées musicales, en organisant des festivals, des stages et des ateliers artistiques, en exerçant un ministère pastoral pour les jeunes et en tentant de favoriser les rencontres et les échanges inter-ethniques. Ses chants se font aussi l’écho de cet appel à la réconciliation et à l’unité.
C’est en 1976 que Linda l’oriente vers la France, suite à un court séjour sur l’île de la Réunion. Pat ne partage pas tout de suite cette vision. Il participe à une tournée aux Etats-Unis et en Europe avec un groupe musical, et ne commence à envisager leur venue en France qu’en 1984. Les premiers contacts sont difficiles et Pat retourne au pays, met son activité musicale provisoirement entre parenthèses et, tout en exerçant un ministère pastoral à mi-temps, répond à un vieux rêve d’enfant jusque-là réprimé : suivre des études aux Beaux-arts.
Ce n’est qu’en 1988, l’appel de Dieu se faisant plus pressant, qu’avec leurs deux filles ils viendront s’installer dans l’une des région les moins froides de la métropole. Chaleureusement accueilli à la faculté de théologie réformée d’Aix-en-Provence et au Parvis des Arts, il recommencera petit à petit à interpréter des chants de sa composition, d’abord en anglais, puis en français, et parallèlement à l’obtention de sa maîtrise des Beaux-arts, sera rapidement rejoint par des musiciens issus des églises de la région aixoise pour proposer des concerts dans toute la France.